Vos témoignages

Marine, 36 ans, l’attrait de la découverte
« Il faut avoir goûté du konnyaku au moins une fois dans sa vie, c’est vraiment un aliment unique, comparable à aucun autre. Tout est “nouveau” avec lui : la texture, la saveur (neutre mais en même temps bien à lui), la couleur, l’aspect. Ça fait voyager ! Personne ne peut détester ça, comme on peut haïr le foie, les abats ou les épinards. On peut trouver ça “bof” mais pas détester, c’est impossible. Donc aucune crainte ! »

Tomoka, 47 ans, Japonaise, fan du régime konnyaku… sucré
« Le konnyaku gris est plus populaire dans le Sud du Japon, tandis que le blanc est davantage consommé dans le Nord. Pour ma part, j’habite dans le Sud, à 30 km d’Osaka, et j’ai une préférence pour la forme grise. Certaines familles en mangent beaucoup, d’autres moins, ça doit être comme en France avec certains légumes ou certaines viandes… La consommation varie aussi beaucoup en fonction des régions. Certains de mes amis en mettent dans quasiment tous les plats ! Mais personnellement, ce que je préfère, c’est le préparer dans une sorte de milk-shake avec des fruits. »

Maki, 41 ans, rusée !
« Ma technique pour faire manger du konjac à ma famille, c’est d’en mettre quelques dés dans une soupe et de les faire mijoter quelques minutes. »

Ubosan, 27 ans, gourmand et gourmet
« Quand il est sauté, le konnyaku prend le goût de l’huile dans laquelle il est préparé. Du coup, j’adore utiliser de l’huile de sésame, très parfumée. »

Myriam, 49 ans, « dans l’estomac plutôt que dans la tête »
« La plupart des personnes en surpoids ont plus faim que les autres. Et c’était mon cas : voilà pourquoi je n’arrivais pas à maigrir, je finissais toujours par craquer et grignoter dans la journée. Des trucs horribles bien sûr. Cela n’a rien à voir avec “manger trop”, “ne pas savoir s’arrêter”, “grignoter sans cesse” ou “être faible, sans volonté”, mais juste, cette faim. Tout le temps. Malgré une alimentation normale et suffisante. Vous vous imaginez, vous, avoir tout le temps faim ? Comme moi, vous ne penseriez qu’à ça, du matin au soir. Certains jours, vous sortez de table après avoir copieusement mangé, et à peine debout, ça recommence, cette sensation d’estomac vide, de manque. C’est physique, pas du tout psychologique. Vous avez beau savoir qu’en toute logique, votre estomac est plein puisque vous venez de le remplir. Mais non. Lui vous dit l’inverse. Contrôler l’appétit est la clé du succès pour mincir, et la plupart des patients auxquels on conseille des régimes mal équilibrés, hypocaloriques ou trop restrictifs ne peuvent tout simplement pas y parvenir car ils ont faim. Et calmer l’appétit, le konjac fait ça très bien. J’en suis la preuve ! »